mardi 24 janvier 2012

l'anti marketing ! faut-il gérer l'homme comme une machine ?


la vue de cette image partagée sur une page FB, me fait réagir !  voilà la vision des industriels jusque dans les années 80/90 !  l'homme est un esclave pour la consommation et l'outil productif. une remise en cause a celà dit commencé à se faire fin des années 70 car les marchés ont commencé à se saturer. les industriels ont alors développé des "directions commerciales' pensant que c'était la faute de la concurrence, et qu'il fallait être plus présent sur le terrain. Cela a marché au début, grace à des méthode au forceps, puis rebelotte, nouvelle saturation des marché millieu des années 85.
Les mouvements consumeristes ont commencé à prendre en main la revendication d'une existence de consomm'acteur, qui trouve son avènement avec internet 20 ans plus tard. Fb justement véhicule bien cette approche de réseau d'acteurs et les marques "tentent"  de gérer au mieux les buzz à leur encontre. Le marketing s'est alors développé : et si nous étions tous différents, et fiers de l'être ???? c'était une évidence finallement !

Par contre, Je trouve que cette image de l'homme code barre devient de plus en plus monnaie courante dans la gestion du personnel aujourd'hui. L'absence d'"humanité" sociétale, en plein développement durable, est un sujet à traiter. Mais, il coute un peu d'argent....

L'homme objet, l'homme standard, le numéro, qui se traduit pas une  perte de productivité  incroyable, que j'évalue à 50% !  alors quoi ?  vive les machines comme réponse à l'ineficacité des ressources humaines ! à chacun son pouvoir dans l'entreprise ! il faut justifier son salaire...

Voici un marché d'avenir à explorer sans attendre : comment (re)humaniser l'emploi ! la force première de toute société !
La productivité ne doit elle passer que par le suréquipement des industriels ? et quid du capital immatériel, à l'heure de la relocalisation dans nos campagnes des usines en Chine ? où sont nos chercheurs en gestion qui peuvent traiter de se sujet de sa valorisation de l'humain dans l'entreprise ?
le turn over, ou le taux de dépression est un indice à suivre .....
cette "re-humanisation" porte un nom : la communication ! l'écoute, le soutien, peut être une forme de "paternalisme" que Michelin a sû développer en son temps. Une stratégie qui est de mise sur un marché en plein essor comme l' Algérie par exemple, ou l'entreprise "offre" le repas du midi, ou participe financièrement aux évènnements familiaux comme les mariages, baptèmes....

j'entends tousser ! et pourtant, ça marche ! en Inde, des choses similaires existent aussi. on travaille dur, très dur, mais le partron respecte son salarié, et c'est reciproque. comment transposer ça dans nos cultures baroques ?

aller, un clin d'oeil à un groupe qui a abordé ce thème dans une chanson : "I'll never die" !
http://www.zicspace.com/zicspace.com/zicspace/music/listenmusic/3/i--ll-never-die.html




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

un commentaire ?

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...