dimanche 8 décembre 2013

7 ambitions pour la France en 2025


Anne Lauvergeon, présidente de la Commission Innovation

Sept ambitions pour la France de 2025


Choisies par la Commission Innovation mise en place par François Hollande en avril 2013, sur la base de plusieurs critères, en premier lieu leur capacité à générer de la croissance, des emplois et des exportations, elles se trouvent à la confluence de marchés majeurs portés par des besoins sociétaux certains et de compétences distinctives françaises.


Elles nécessitent des innovations de rupture et constituent un enjeu de souveraineté pour que la France soit durablement une puissance économique prospère. Enfin, elles prennent en compte des évolutions technologiques massives comme la révolution numérique ou l’impact des nouveaux matériaux avec des propriétés avancées.

1  Le stockage de l’énergie 
2  Le recyclage des matières : métaux rares 
3  La valorisation des richesses marines : métaux et dessalement de l’eau de mer 
4  Les protéines végétales et la chimie du végétal 
5  La médecine individualisée 
6  La silver économie, l’innovation au service de la longévité (Lire aussi l'article sur la Silver économie
7  La valorisation des données massives (Big Data) 


Chaque ambition présente des spécificités pour créer des emplois et de la richesse en 2025. La Commission innovation propose des leviers d’actions adaptés à chaque cas : concours d’innovations, commande publique, prise de participations mais aussi actions de normalisation, simplifications réglementaires précises, formations adaptées, expérimentations, etc.


Quelques phrases qui ont retenu mon attention


Retrouver la confiance....

La situation est grave : La France est le 3 ème pays européen ... en partant de la fin des 27, en terme de valeur ajoutée de l'industrie par rapport au PIB"

Réindustrialiser

"tous les gens qui ont envie d'innover en France peuvent le faire, et non (...) en partant"

Travailler sur l'éco-système dans lequel doit se développer l'innovation : accélérer un éco système favorable à l'innovation.

Soulager le poids des contraintes réglementaires, qui se heurte à l'innovation et aux règles en place.

"ne pas se restreindre aux technologies, et s'intéresser aux usages"


le dossier : 






INNOVATION : comment matérialiser et vendre une vue de l'esprit au delà de toute attente ?

Savoir vendre du rêve ? Oui, mais l'innovateur doit aussi pouvoir le produire pour qu'il dépasse toutes les attentes du marché !



Les sculptures très créatives de Tim Noble et Sue Webster présentées ci-après reflètent la problématique de l'innovateur, ou de tout porteur de projet nouveau. 

C'est à la fois la nécessité de véhiculer un message de rêve, et la façon dont il devra assembler l'existant pour refaire du nouveau 
Le porteur de projet nouveau ou innovant sera confronté à ces difficultés : 

1/ savoir parler de son projet, et de faire rêver les parties prenantes. Les mots, l'expression, les images seront essentielles pour visualiser l'idée, puis la matérialiser. Il ne doit pas lésiner sur l'importance de clarifier son idée, et insister sur son "marché de référence".
2/ il est le seul à imaginer ce qu'il y aura à l'arrivée, car le monde ne voit que le visible
qui est la référence. Seuls quelques personnes arriveront à comprendre vraiment le projet. 
Les autres, c'est à dire 99,9 % des personnes qu'il rencontra s'appuieront sur les outils qu'ils connaissent : le business modèle, ou les avis d'"experts" qui chercheront avant tout à démontrer qu'ils sont.... des experts.... en gros, démolir le projet car en France en particulier, un projet intéressant, on s'intéresse beaucoup plus à la nouveauté scientifique, qu'à la nouveauté commerciale

3/ il devra matérialiser son idée de façon à répondre à son cahier des charges techniques, mais également, imaginer des projections dans tous les univers imaginables (créatifs) de son marché, car il doit s'assurer de ne pas passer à côté de ses marchés porteurs qui ne sont pas souvent là où on les attend 

Cela rejoint mon autre article sur la façon d'aborder l'innovation

Je vous laisse découvrir les superbes et surprenantes réalisations des artistes  mentionnés plus haut :
http://www.thisismarvelous.com/i/4-Amazing-Shadow-Sculptures-by-Tim-Noble-and-Sue-Webster

mardi 3 décembre 2013

les start-up parisiennes innovantes du moment récompensées !

je connaissais la Ruche qui dit oui !
je dis bravo.
Principe: Une structure ou particulier, peut créer une ruche dans sa ville, et proposer des commandes directes  de produits locaux aux consommateurs préalablement inscrits. Mon avis : le modèle économique fait que la Ruche se prend plus de commissions que l'organisateur. c'est un peu sensible je trouve.

De mon approche, si la dimension alimentaire ou artisanale est visée, pour "court-circuiter" les distributeurs, de nombreuses autres applications sont possibles.

Je ne connaissais pas les autres, mais j'espère qu'elles connaîtront le même succès.


http://www.paris.fr/accueil/accueil-paris-fr/grands-prix-de-l-innovation-les-meilleures-idees-recompensees/rub_1_actu_138229_port_24329

mardi 26 novembre 2013

innovation Aquagreen : conférence traitement des lacs le 6 décembre 2013 à Orsay pour présenter les résultats d'une expérimentation




J'ai le plaisir de convier les acteurs de l'eau à la conférence que nous organisons pour présenter les résultats remarquables que nous avons obtenus sur le lac du Mail à Orsay, pour traiter les problèmes d'eutrophisation;
Aquagreen, imaginée et développée par INNOGUR technologies, est une plateforme solaire et végétalisée pour le traitement autonome des plans d'eau.
Nous avons été retenu parmi les 45 premiers projets qui ont bénéficié du soutien de la Région Ile-de-France lors de la première promotion des AIXPé, visant l'expérimentation in situ d'innovations sur le territoire.
http://www.parisregionlab.com/actu/107


Avec le levier de l'association NOVAGREEN, nous avons pu concrétiser l'expérimentation avec la Ville d'Orsay, qui a débuter en juin dernier, et se clôt début décembre.
Le démontage de l'installation commencera après la conférence.




Le développement d'Aquagreen est un exemple de l'application de notre méthode d'innovation gagnante. Nous avons intégré plusieurs savoir-faire.

L'approche multi-fonctionnelle permet de répondre à différents usages.
La fonction principale est le traitement par apport d'un volume important d'oxygène atmosphérique.
Les fonctions secondaires répondent à diverses attentes, qui peuvent toutes être ciblées commercialement, comme par exemple :

- un ponton flottant
- une production d'énergie solaire
- une végétalisation et fleurissement
- une action sur la diversité
- le contrôle de la pollution en temps réel

Cette approche permet de cibler plusieurs groupes de clients potentiels.
Différentes technologies ont été développées pour réaliser les fonctions.

La technologie est donc intégrées comme une réponse à différentes satisfactions / besoins exprimés ou nouveaux.

La conférence du 6 décembre, sera innaugurée Par Monsieur David ROS, maire d'Orsay. Différentes interventions permettront d'en savoir plus sur la réglementation sur l'eau (Directive européenne), l'eutrophisation.
Nous présenterons les résultats de l'expérimentation en terme d'efficacité de traitement des pollutions, l'intégration paysagère, d'acceptation par les riverains. Enfin nous présenterons notre plan d'expérience 2014, avec la recherche de 10 nouveaux  sites pilotes.

lien vers l'invitation :  http://www.innogur.com/aquagreen/invitation-orsay-6_dec_2013.pdf
lien vers l'inscription en lige (obligatoire) : https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?usp=sharing&formkey=dGx4WVlWQm9sMS03MmJZbW1vOHNzcVE6MA#gid=0







vendredi 8 novembre 2013

le nouveau statut d' "étudiant entrepreneur" , créateur d'entreprise innovante ou nouvelle

source : http://www.clubdesentrepreneurs.org/creation-du-statut-detudiant-entrepreneur-des-paroles-mais-quels-actes/



à noter :

mardi 22 octobre, Geneviève Fioraso, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a en effet annoncé la naissance du statut « étudiant entrepreneur »


Une avancée pour les 2 à 4 % des 2,3 millions d’étudiants français qui créent leur « boite » au cours de leur cursus ; un tremplin pour ceux qui l’envisageaient, sans passer à l’acte. «Notre objectif est de parvenir à 20.000 créations ou reprises d’entreprises par des jeunes issus de l’enseignement supérieur» à préciser la ministre en rendant public, ce nouveau statut.


Aussi s’adresse-t-il aux étudiants en cours de formation, dont le projet entrepreneurial pourra être pris en compte pour la validation de leur diplôme, via la délivrance de crédits ECTS et aux jeunes déjà diplômés souhaitant créer leur entreprise. Pour ce faire, tous devront s’inscrire à un DU (Diplôme Universitaire) » Création d’entreprises innovantes et entrepreneuriat ».

Une démarche qui les amènera à bénéficier d’une formation à l’entrepreneuriat et à la gestion afin d’appréhender toutes les questions relatives à la création d’entreprise.

Propositions pour le startupeuriat et pour stopper les 90% de mortalité !


article de BNP Paribas
http://www.atelier.net/trends/articles/essor-startupeuriat-exige-de-meilleurs-accompagnements-financements_424434#!

Alors qu’elles représentent les organisations les plus porteuses en termes de croissance et d’innovation, plus de neuf start-up sur dix échoueraient aujourd’hui en France par défaut d’accompagnement et de financement.

innovation : le communiqué de presse du gouvernement pour relancer l'innovation en France "nouvelle donne pour l'innovation

Je découvre aujourd'hui le communiqué de presse du gouvernement pour relancer l'innovation en France.

S'il est accompagné d'actions concrètes, j'y retiens de bonnes choses :
- ouvrir toutes les formes d'innovation  (ce que je traduis comme la révision des critères  d'éligibilités au financement public de recherches qui ne seraient pas inspirées des sciences de l''ingénieur !).
Voici ce que précise le communiqué  sur l' Action emblématique : soutenir l’innovation dans toute sa diversité, de l’innovation technologique  au marketing ou au design.
"Notre vision de l’innovation est très marquée par la R&D : c’est pour cela que Bpifrance, dans le cadre du
nouveau programme d’investissements d’avenir ne soutiendra pas uniquement les projets innovants à
forte intensité technologique mais aussi les nouveaux concepts, les nouveaux modèles économiques,
les projets entre designers et entreprises engagées dans une démarche d’innovation."

Cette ouverture marque un (petit) pas vers les objectifs de ce blog : intégrer davantage le marketing de l'innovation dans notre économie.

- impulser dès l'école une propension à créer et à accepter la nouveauté, lorsque l'on sait la résistance au changement qui nous colle à la peau. Je suis convaincu que cette résistance commence dans l'enseignement et l'éducation que l'on reçoit petit, dans la manière d'imposer les "bonnes" ou "mauvaises" pratiques, dans les fausses croyances (cognitions). On nous apprend essentiellement à refaire, parfois à faire, et rarement à inventer, ou réinventer.
- donner plus de poids aux régions pour faciliter des projets liés aux territoires
- lever les barrières à la création de "start-up pour tous", à l'instar des autoentrepreneurs, avec, je l'espère, différents leviers pour faciliter l'accompagnement des porteurs de projets aux profils très distincts, sinon ce sera un carnage
- développer le capital investissement
- suivre des indicateurs de réussite des politiques de l'innovation : quid du taux  d'accompagnement des porteurs des projets selon des protocoles de gestion de l'innovation pertinents (ce qui est très différents des statistiques des certains organismes qui affichent des nombres de porteurs de projets ayant été reçus par eux) ?

Par contre, je ne vois rien concernant :
- la gestion et la méthodologie d'innovation : il demeure un sentiment de science non exacte,  où l'innovation s'apparente toujours à une loi du grand nombre, et de "coup de poker" hasardeux, que seule une grande quantité d'idée permettra de contrecarrer selon une approche quantitative et moins qualitative.
Dans d'autres cas, l'argent parait le seul remède au succès de projet innovant. Dans d'autres cas encore, les rencontres de compétences variées pourraient faciliter le développement des idées. Mais il n'est jamais question d'inciter au développement d'une méthodologie scientifique permettant de rationaliser ou de sécuriser une innovation.
- la méthode de sélection des innovations qui seront soutenues : on le sait, la sélection n'est pas homogène, puisque moins de 10% des projets émergents sont aidés financièrement.  ALors pourquoi d'un coté inciter à innover, si de l'autre, on ferme la porte. Les protocoles d'analyses doivent être méthodiques selon des approches spécifiques à l'"innovation et uniformes partout en France, et non spécifiques à des business modèles qui ne veulent rien dire compte tenu des hypothèses souvent bâclées qui sont faites.
- les modes de financement collaboratif type  crowdfounding ?
- la simplification des démarches de financement public, véritable frein à l'initiative
- le développement d'un parcours INNOVATION, mettant en  relations étroites formation / innovation / accompagnement

Les mesures emblématiques
L’innovation par tous
-  Donner aux jeunes l’envie d’innover et de devenir entrepreneurs, leur faire confiance et leur
donner les moyens de leurs ambitions, en formant à la culture de projet, du travail collaboratif, en
encourageant les liens avec les entreprises tout au long du cycle de formation, de la maternelle
à l’université
-  Soutenir l’innovation dans toute sa diversité : de l’innovation technologique, de rupture ou
incrémentale, au marketing, au design et à l’innovation de procédés
-  Attirer les talents de l’innovation en France par la mise en place d’un programme « nouveaux
argonautes »
-  Permettre à tous de créer une start-up quel que soit le point de départ, avec la création d’une
« bourse des nouveaux entrepreneurs »
L’innovation ouverte
-  Accompagner les régions dans la mise en place de la gouvernance de l’innovation dans les
territoires, au plus près des besoins des entreprises innovantes
-  Favoriser le transfert de la recherche publique par un meilleur cadre pour la gestion de sa
propriété intellectuelle
-  Mobiliser les grands groupes à travers un « partenariat pour l’innovation ouverte »
-  Rapprocher les chercheurs des entreprises en créant des laboratoires communs recherche
publique/PME
L’innovation pour la croissance
-  Consolider en France une nouvelle « industrie du financement de l’innovation » en améliorant
l’impact des dispositifs en faveur du capital-investissement et de l’action des business angels
-  Renforcer le pôle innovation de Bpifrance par un plan ambitieux (Nova), afin d’accompagner la
croissance des PME innovantes pour en faire des ETI de rang mondial, au service des dynamiques
régionales
-  Se doter d’une stratégie offensive pour la propriété intellectuelle en créant un fonds souverain de
propriété industrielle pour soutenir les filières émergentes
L’innovation publique
-  Mettre en place une commission d’évaluation des politiques d’innovation au sein du Commissariat
général à la stratégie et à la prospective
Un nouvel instrument : le Fonds national d’innovation dans le cadre du programme
d’investissements d’avenir

le communiqué complet : http://www.invest-in-france.org/Medias/Publications/2244/Nouvelle-donne-pour-innovation-France-dossier-presse-2013.pdf

dimanche 3 novembre 2013

Ma Définition de l'INNOVATION GAGNANTE © ou INNOVATION POSITIVE ©, par Patrick GARCIA










Je vous livre ma définition de l'innovation Gagnante ©

J'ai récemment posté un com sur les réseaux ou j'évoquais l'intérêt de compléter le mot innovation par un ou plusieurs qualificatifs.

A l'instar de manger qui signifie aujourd'hui,  répondre à un besoin primaire.  Mais chacun comprendra l'intérêt de parler de "Mal'bouffe" ou "Manger sainement" ou "manger équilibré"

J'ai également eu l'occasion de parler de la distinction entre bâtiment, et bâtiment Basse consommation, ou encore bâtiment Positif (qui créée plus d'énergie qu'il n'en consomme).

Pour l'innovation, les qualificatifs les plus parlants pour moi sont Innovation Gagnante©

Je crois beaucoup également dans l'approche d' Innovation Positive © pour reprendre l'idée des fonctionnalités associées aux bâtiments positifs. L'innovation qui crée plus de richesse qu'elle n'en consomme.

En clair, l'innovation doit servir à l'économie, pour qu'elle apparaisse fonctionnelle.

Innover pour innover n'a qu'un intérêt intellectuel.

Dès lors que l'état investit des sommes considérables pour soutenir l'innovation, il n'est plus possible de parler d'innovation, sans discerner celle qui "marche" de celle qui "ne marche pas".... compte tenu des nombreux échecs commerciaux, et de la responsabilité de l'Etat dans cet acte citoyen.   Décider de livrer bataille est une (bonne) chose. Trouver la bonne stratégie  est  autre chose ....

VOici donc ma définition en date du 3 novembre 2013 :

Pour moi, l'innovation gagnante (ou positive) est  l'art de créer une nouvelle valeur ajoutée   économique  exponentielle  et sécurisée répondant à une satisfaction consciente ou inconsciente de ses utilisateurs.  Elle concerne toutes les sciences et les arts , et relève des inventions, des nouveaux services, produits , procédés, ou  œuvres.   Elle positionne l'idée sur le marché à partir des données connues, et en s'ouvrant d'une façon créative à  de nouvelles fonctionnalités marketing, nouvelles parties prenantes, nouvelles technologies qui n'avaient pas été encore associées à la fonction de base, c'est à dire les 3 leviers de l'innovation gagnante. C'est aussi étudier toutes formes de financements directs ou indirects. ©



Ce qui me parait important  est pour moi d'aborder l'innovation gagnante dans une vision à long terme en prenant en compte les résultats réels.
C'est aussi qualifier l'innovation gagnante comme la combinaison d' un art nouveau dans sa  partie créative, et d'une méthode de gestion.

C'est enfin affirmer la méthodologie en positionnement, à partir des 3 axes fondamentaux, et de la contrainte financière.

Le marketing de l'innovation est la science de gestion qui fournit la méthodologie de cet art.

dimanche 27 octobre 2013

Innovation : la vampirisation de la technologie sur la prise en compte du marché

terre aride http://www.mabellephoto.com/photo-art-terre-dargilde-terre-aride-nature-paysages-33f0a1.htm 














voici un nouvel article qui évoque l'approche Française en matière d'innovation, et de dépôt de brevets.
C'est (presque) l'échec !
enfin, pour relativiser, certains verront du positif en se disant que cela pourrait être pire car nous n'avons "seulement" qu'une croissance deux fois inférieure aux autres pays de l'OCDE sur la période 2002 -2011
C'est vrai, elle pourrait être 3 fois inférieure  !

Comme l'explique le cabinet Booz & company , plusieurs facteurs freinent le succès économiques des innovations. Tout d'abord,  ce n'est pas tant le montant des dépenses de R&D qui importe, mais sur quoi porte la R&D.
Celà relativise sérieusement les indicateurs "nombre de brevets" dans certains organismes ou centre de recherche.

Ensuite ,

"Les Français ont trop tendance à partir d'une trouvaille technologique plutôt que de la demande des clients, souligne l'étude. "


Dénonçant celà depuis plusieurs années, je crois que les récentes études menées sur l'innovation (voir aussi l'étude APCE http://innovationgagnante.blogspot.fr/2013/10/la-premiere-etude-apce-edifiante-qui.html) vont enfin faire prendre conscience de l'urgence d'intégrer ce que je décris comme le marketing de l'innovation dans les dépenses éligibles des appels à projets innovation, et aides BPI France (seule la PCT permet de soutenir un bouquet d'études au sens large). La France est vampirisée et sclérosée par la technologie dans son approche de l'innovation.

Autre point ,  Pour soutenir l'innovation dans les PME, l'étude souligne à juste titre :

«Les pesanteurs administratives, et notamment les mécanismes d'obtention des aides publiques qui exigent un investissement en temps et en ressources souvent dissuasif pour les PME comme pour les grands groupes, constituent un frein puissant à l'innovation», note l'étude.

Je pourrais témoigner dans ce sens sur les derniers dossiers que nous avons réalisés avec INNOGUR ! Que l'administration place des jalons pour analyser le sérieux d'un dossier est une bonne chose. Mais pour moi, ils ne posent pas les bonnes questions. Exemples : avoir un montant de fonds propres suffisant au regard de l'aide demandée et accordée. Démontrer de l'idée est nouvelle.

Une bonne question serait de démontrer que l'invention ou la nouveauté va satisfaire le marché ! preuves à l'appui, et non que la technologie est nouvelle.... avec grand renfort de recherche d'antériorité et de veille.

Enfin, toujours selon l'étude, les pôles de compétitivité ont des résultats mitigés dus à une concentration des efforts d'innovation sur l'amont et un manque d'accompagnement et de suivi des projets dans la phase de mise sur le marché. Selon Booz & Company, sur 5,7 milliards d'euros investis dans des projets R & D labellisés pôle de compétitivité, seul 1 projet sur 4 a réellement généré de l'innovation.


SI cette information est confirmée, je n'aurais que de cesse de dénoncer ce dispositif dans sa forme actuelle, qui ne fait que mettre de nouvelles barrières entre les entreprises et leurs projets. Et de gaspiller des sommes folles dans des projets inutiles, dont les financements combleraient le trou de la sécurité sociale !

Lorsqu'un protocole "certifié iso" et "scientifique" sera établi pour la sélection des projets, uniforme sur tout le territoire, je serais plus confiant sur les méthodologies de sélection des projets labellisés.

Pour ma part je vous en dirais plus prochainement car.... je dois rencontrer un pôle de compétitivité pour initier un projet de recherche dans le domaine des éco technologies.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/10/23/20002-20131023ARTFIG00248-apple-et-google-champions-toutes-categories-de-l-innovation.php



jeudi 17 octobre 2013

Secteur Plasturgie et Composite : un centre technique industriel (CTI) en gestation

C'est un véritable tour de France en 10 étapes qui est organisé par la Fédération de la Plasturgie et des COmposites, pour présenter auprès des industriels et des organisations du secteur  le projet de création d'un CTI "plasturgie".  Il rejoindrait les 18 CTI déjà en place en France. Une structure propre à la France, et que l'Europe nous envie !



Le CETIM est sans doute le plus connu, de par l'importance du secteur mécanique qu'il représente.  Mais l'industrie du béton a le CERIB, le bois a le FCBA, le textile a  l'IFTH, le cuir a le CTC....

Vous pouvez consulter la liste des CTI regroupés au sein du réseau CTI :  http://www.reseau-cti.com/


J'ai eu le plaisir de travailler pendant 6 ans au CERIB en tant que responsable marketing et communication, ce qui m'a donné l'opportunité de bien comprendre le fonctionnement et les services proposés par ces structures uniques auprès de leur "adhérents".

L'innovation semble être le fer de lance du projet collectif proposé par la Fédération de la Plasturgie.

Mais d'autres grandes activités sont la certification  des produits du secteur (exemple marquage CE, marque NF), la métrologie, la formation, les études et recherches collectives pour la profession, ou encore la veille.

Le financement des centres est établi par décret, et, tout en étant autonome dans leur fonctionnement,  sont rattachés au Ministère de l'industrie, et doivent mener des actions collectives pour leur profession.

Soit ils reçoivent des subventions de l'état pour leur fonctionnement. Soit ils reçoivent une taxe affectée, obligatoirement payée par les industriels du secteur, en fonction de leur chiffre d'affaires.

CElà dit, les centres s'ouvrent de plus en plus à toutes les demandes extérieures, pour diversifier leurs recettes.  En tant  que centre de recherche public, leurs prestations sont éligibles au Crédit D'impôt Recherche.

L'innovation est un axe fort soutenu par la plupart des centres techniques, qui sont équipés de nombreux équipements et disposent de savoirs faire  visant l'étude, la caractérisation des matières premières et produits finis.

Pour l'anecdote, j'ai quitté le CERIB car à l'époque, le mot innovation était ..... interdit, en raison de différends qu'il y avait eu dans le passé entre le Centre et un industriel au sujet d'un brevet déposé par le centre ! Cela a changé 3 mois après mon départ..... après l'arrivée du nouveau Directeur.

pour en savoir plus sur le tour de France de la Fédération de la Plasturgie:  http://www.laplasturgie.fr/innovation/




mercredi 9 octobre 2013

La première étude APCE édifiante, qui étale noir sur blanc que les créateurs d'entreprise dénigrent le marché

Je vous laisse découvrir l'analyse  de l'étude APCE  qui a été faite par un journaliste des Echos.

Les conclusions sont édifiantes, et montrent "enfin" officiellement que le marché est la dernière chose qui préoccupe vraiment les porteurs de projet, qui n'en font qu'à leur tête, ou qui font appel à un comptable ou à une proche  pour leur étude d'activité. En gros, ils bâclent l'analyse du marché. La large majorité considèrent que leur idée est géniale, que le marché n'attend qu'eux, et que l'avenir leur appartient ! marketer, n'est somme toute qu'un exercice de style associé à de la communication, voire, pire, de la publicité....

Celà fait longtemps que j'ai fait ce constat personnel, mais je n'avais pas encore de données d'études à grande échelle (ici, sur près de 900 entreprises)

50% des porteurs de projets créateurs d'entreprise ne font pas d'étude de marché.
Ceux qui font une étude, font appel à un expert comptable (30%), ou à un proche.  seulement 15% feraient appel à un professionnel du marketing.

http://entrepreneur.lesechos.fr/entreprise/financement/actualites/moins-de-16-000-euros-au-demarrage-pour-la-moitie-des-entrepreneurs-10032841.php

doit -on encore s'étonner du taux insupportable d'échec  lié au développement d'activités nouvelles ou innovantes ? (50% des entreprises nouvelles à 5 ans, et 20% des entreprises innovantes largement aidées)
combien de milliards d'euros publics ou privés sont jetés en l'air ? tout juste sont -ils réinjectés micro-économiquement et dilués dans le tissu économique sans réel tremplin de richesse.

je vous invite à relire mon dernier post sur le sujet, qui image pourquoi il faut aborder différemment le marché en matière d'innovation ou d'activité nouvelle  http://innovationgagnante.blogspot.fr/2013/09/une-image-simple-pour-comprendre-lechec.html

Je ne peux donc m’empêcher aujourd'hui d'alerter l'opinion  et les décideurs, pour faire valoir l'intérêt de remettre les sciences de gestion adaptées à l'innovation au même niveau technologique que n'importe quelle autre science de l'ingénieur. D'enfin prendre en compte dans les appels à projets  technologiques, dans les aides directes ou indirectes telles que le CIR ou CII,  les dépenses marketing  liées à la mise au point de produits technologiques ou d'activités nouvelles.

Un avis ?

Je profite également de cet article pour annoncer que j'ai initié depuis le début de l'année une recherche en marketing de l'innovation. Celle-ci avance bien. C'est un travail initial préalable à un doctorat.
Les premiers résultats concrets me permettent de lancer ce mois-ci un nouveau  module de formation sur 7 jours que j'ai intitulé : "sécuriser une activité nouvelle ou innovante pour accélérer le retour sur investissement (ROI)", et qui s'adresse à tout acteur de l'innovation ou porteur de projet.


Appel à projet 2013 Eco industries : jusqu'au 25 octobre

la cinquième édition de l'AAP  portant sur les activités d'éco industries est ouvert depuis le 16 septembre jusqu'au 25 octobre.  Il faut faire vite ! un moyen intéressant de financer des projets innovants collaboratifs.

http://www.bpifrance.fr/actualites/a_la_une/le_5e_appel_a_projets_eco_industries_est_lance

les thèmes prioritaires sont :
 - « Anticiper : prévenir, surveiller et tracer » pour préserver les ressources naturelles et limiter les impacts des activités humaines sur la santé et la sécurité des personnes ;
- « Réduire les impacts et gérer les ressources naturelles » pour mieux traiter les environnements pollués ;
- « Transformer et valoriser les déchets » pour passer d’une économie des déchets à une économie des matières premières réutilisées ;

- « Eco-concevoir et produire de façon durable » pour améliorer, dès la conception, les performances environnementales des produits et procédés, et développer des offres de services innovants.

Cet AAP a pour objectif de soutenir des projets collaboratifs qui proposeront des éco-innovations
susceptibles de :
⇒ renforcer la compétitivité des éco-industries et notamment des PME et ETI ;
⇒ favoriser les collaborations entre les PME, ETI et les laboratoires ;
⇒ développer des démonstrateurs de petite taille ;
⇒ stimuler les transferts de technologies et de compétences dans le domaine des écoinnovations.

l'AAP privilégie une approche collaborative avec au moins 2 pme, et un laboratoire de recherche public. 
Les aides sont plafonnées à 750 000 € et les dossiers seront gérés par BPIfrance ou l'ADEME selon la nature du projet.




mercredi 18 septembre 2013

Ile-de-France : AIde à l'Expérimentation de projets innovants (AIXPé) 2014



la région Ile-de-France communique sur son dispositif mis en place l'an dernier, et renouvelé cette année et 2015. Clôture des candidatures le 18 octobre. Nous avons bénéficié de cette aide pour expérimenter AQUAGREEN (http://www.innogur.com/aquagreen/). Nous pouvons vous aider à préparer un dossier.

Vous êtes gérant d’une TPE-PME ou ETI et avez un projet innovant à expérimenter en 2014 ?
Vous faites partie d’un grand groupe qui pourrait devenir lieu d’expérimentation d'un de ces projets ?

Dans le cadre de son soutien aux entreprises innovantes, le Département des Yvelines vous informe que le Conseil Régional d’Ile-de-France met en place pour la seconde année consécutive, une aide en partenariat avec la BPI France et Paris Region Lab :

L’Aide à l’Expérimentation de projets innovants (AIXPé)

Ce dispositif est l’occasion de valoriser la capacité d’innovation de nos entreprises yvelinoises. En effet, AIXPé est une aide offrant la possibilité aux entreprises implantées en Ile-de-France d’expérimenter leur projet innovant sur un territoire francilien. Les établissements publics (écoles, hôpitaux, collectivités…) et grands groupes peuvent également participer et profiter de cette dynamique en tant que lieux d’expérimentation de projets innovants.

Les grandes thématiques de l’appel à manifestation d’intérêt 2013 sont :

- Mobilité/non mobilité
- Environnement, ville durable
- Santé et mieux vivre
- Big data et cloud computing

Nos territoires yvelinois se sont mobilisés pour accueillir des expérimentations. N’hésitez pas à les solliciter. Vous trouverez le détails des collectivités participantes en cliquant sur ce lien .

Calendrier :
Informations et dossier de candidature à l’adresse : http://www.iledefrance.fr/aides-regionales-appels-projets/aider-experimentation-projets-innovants-ile-france
Dossier à déposer à compter du 1er octobre 2013 à partir du lien : https://par.iledefrance.fr
Fin de dépôt des candidatures des entreprises : 18 octobre 2013
Analyse des dossiers : novembre 2013
Présélection des projets : mi décembre 2013
Sélection finale des projets : fin février 2014
Début de la mise en œuvre des projets retenus avant fin 2014

Vous trouverez une présentation du dispositif en cliquant ici.

mon conseil : VOus devez vous rapprocher d'une structure départementale qui fera le lien avec les collectivités ou acteurs locaux pour tester votre innovation, et soutiendra le projet.

En savoir plus : http://www.innovation-idf.org/fr/component/content/article/2974-aider-lexperimentation-pour-plus-dinnovation et http://www.parisregionlab.com/sites/default/files/AIXP%C3%A9%20dossier%20presse%2028%20mars%202013.pdf

Aquagreen, plateforme végétalisée de traitement autonome  des plans d'eau a bénéficié de l'aide AIXPé

lundi 9 septembre 2013

Une image simple pour comprendre l'échec de nombreux projets nouveaux ou innovants

Il m'a fallu du temps pour trouver une image simple permettant d'expliquer pourquoi les projets innovants échouent commercialement, dans des proportions (encore) trop élevées.

J'ai déjà eu l'occasion de m'exprimer sur la cause des échecs. Notamment la non adéquation aux besoins du marché, pour plus de 50% des échecs.


Le problème majeur est que les porteurs de projets passent "à coté" de marchés porteurs, en s'enfermant dans un positionnement initial restreint.
Les raisons sont qu'ils vont avoir recours à des techniques marketing traditionnelles qui ne conviennent pas.
Pour comprendre, voici donc une image.
Lorsque vous voulez apprendre le piano, vous pouvez apprendre seul, ou en prenant d'excellents professeurs. Ils enseigneront les meilleures techniques pour reproduire les morceaux que vous aimez. Vous apprendrez plus ou moins vite selon votre motivation, mais 5 à 10 ans seront nécessaires à force de pratique.
Et Alors me direz vous ?
Et bien, avec l'innovation, tout ce que vous apprendrez n'entrera qu'à hauteur de 10 au 20% dans la réussite du projet. Car ce dont vous avez besoin, c'est de :

CRÉER ou COMPOSER  UNE NOUVELLE PARTITION, et non de reproduire un morceau existant.

La création et créativité est ainsi au cœur du processus de sécurisation du projet innovant et de la stratégie gagnante. C'est aussi le cœur de la méthodologie que j'applique pour accompagner chaque projet innovant.

Voici Quelques statistiques récentes. Alors que j'annonce dans la présentation du blog que 7 projets sur 10 échouent commercialement, ce qui n'est pas encore démenti à ce jour, on peut observer aujourd'hui des tendances plus précises.   80% des JEI  (largement) soutenues (de 100 à 300 000 €) existeraient après 8 ans d'existence, sans se prévaloir toutefois que l'activité de l'entreprise soit basée sur l'innovation initiale.
Plus de 50% des entreprises dites "nouvelles" échouent à 5 ans.

Ce que ne donnent pas les chiffres : c'est le taux de mortalité des entreprises nouvelles faiblement ou non aidées qui développent une innovation.


vendredi 6 septembre 2013

Des Conférences Innovation & Coiffure qui décoiffent ! Prochaine date à Paris, au salon Beauté Sélection le 15 septembre puis dans toute la France



PLUS DE 500 INSCRITS A LA CONFÉRENCE DE PARIS... (seulement 50 places assises)



VOici un tour de France qui va décoiffer !


Innover dans le service est sans doute le plus difficile qui soit, car on s'interroge généralement pour savoir comment faire. Encore plus dans un secteur aussi "banalisé" que la coiffure. On crée beaucoup, ça oui. Des nouvelles coupes, tendances, ou alors des techniques de colorations, soins, ou shampoings... Ce sont des axes qui sont censés attirer l'attention, et relèvent de la communication.

Mais innover pour sécuriser son activité par rapport à la concurrence d'une part, et aux exigences accrues des clients qui veulent "être bien" dans leur peau et considérés * ?

Et l'enjeu est important lorsque l'on sait que l'on peut s'attendre à entre 5 et 10% de fermetures de salon (entre 7000 et 9000 établissements) cette année.


C'est dans ce contexte que la série de conférence Innovation lancée par Morphologia fait salle comble dans chaque ville où elle est organisée par les 2 créateurs, et développeurs de plusieurs logiciels innovants pour aborder différemment le client. Le surprendre par un protocole différent d'écoute et de conseil personnalisé "qui lui correspond".





Thème de la conférence Innovation :


Le sourire, le dialogue, le savoir-faire technique, bien qu’importants, ne suffisent plus aujourd’hui. Vous l’avez déjà sûrement constaté. Alors quoi faire ? Un site internet onéreux ? Une page Facebook qu’il faut gérer tous les jours alors que vous détestez ça ? Une carte de fidélité classique qui ne valorise pas vraiment les clients ? Baisser ses tarifs qui sont déjà limites ? Etudier ses tableaux de bord en décalage avec les réelles attentes des clients ? Faire de la pub ou se référencer dans des annuaires qui coûtent chers ? Relooker son salon alors que son comptable dit « non » ?



Rassurez-vous ! Nous avons une solution innovante simple et auto-intelligente. Il s’agit de FaceDiag. Le mot clé est la « personnalité » de vos “consomm’acteurs”.



Les inventeurs de cette application “d’intelligence client”, Benoit Huguenin et Samuel Vallée, auront le plaisir d’animer exclusivement pour vous, une conférence à l’occasion de ce tour de France"


Ils seront le dimanche 15 septembre à Paris, à 15h30, au salon Beauté Sélection.


Compte tenu des visiteurs attendus, il est conseillé de s'inscrire pour réserver une place : http://morphologia.com/pro2/?page_id=7781


pour en savoir + :

- sur le secteur coiffure http://www.fnc.fr/index.php/actu-business/Contraction-du-marche-de-la-coiffure-une-tendance-confirmee-quelles-que-soient-les-sources.html

http://www.fnc.fr/index.php/actualite-coiffure/Un-secteur-impacte-par-la-crise-qui-demeure-attractif.html


* résultat d'une étude menée en 2012 par Morphologia auprès de 7000 clients de salons de coiffure.

jeudi 5 septembre 2013

Les pays qui innovent le plus en 2013

Voici un article récent qui a attiré mon attention sur le classement des pays qui innovent le plus (la France serait en 20 ème position des pays qui innovent).

L’université Cornell, l’INSEAD et World Intellectual Property Organization (WIPO, une agence spécialisée des Nations Unies) ont récemment publiés la sixième édition du Global Innovation Index (GII). Une étude qui reconnait le rôle clé de l'innovation en tant que moteur de l’économie et classe les pays innovants au monde.
L’indice mondial de l'innovation (GII) prend en compte près de 142 pays notés par plus de 84 indicateurs comme la qualité de la formation supérieure, les possibilités d’accès aux micro-financements, ou encore les affaires de capital-risque, etc. C’est finalement la Suisse qui occupe la première place du classement suivi de la Suède et des Royaume-Uni, la France, quant à elle, n’occupe que la vingtième place. Le GII 2013 marque aussi le grand retour des USA parmi les cinq nations les plus innovantes.
top ten 2013 rankings

Les pays émergents, de nouveaux moteurs pour l'innovation

Le principal – et le plus rassurant – constat du rapport est que l’innovation se porte bien. Les dépenses en recherche-développement dépassent les niveaux de 2008 dans la plupart des pays, et des pôles d'innovation prospèrent au niveau local. Des dépenses qui sont notamment entraînés à la hausse avec la prise de vitesse de pays dynamiques à faibles et moyens revenus dont font partie la Chine, le Costa Rica, l’Inde et le Sénégal.
Pour les décideurs nationaux qui cherchent à soutenir l’innovation, réaliser le potentiel d’innovation à disposition dans leur propre pays est souvent plus prometteur que de tenter de s’inspirer de modèles d’innovation ayant fait leurs preuves ailleurs” explique Francis Gurry, Directeur général de l’OMPI

Think glocal

Une innovation qui prend également de nouvelles dimensions puisqu’elle prend aujourd’hui son essor au niveau local et révèle l’émergence d’écosystèmes originaux dans le domaines de l’innovation et témoigne de la nécessité d’un tournant rapport à la tendance habituelle qui était de tenter de reproduire des initiatives ayant déjà fait leurs preuves.
L’innovation reste toutefois mondiale avec une répartition des pays du classement sur tous les continents. Si le podium reste occupé par les économies à revenus élevés, plusieurs nouveaux acteurs ont renforcé leurs capacités et leurs résultats en matière d’innovation. Une globalisation qui intervient de plus en plus à tous les échelons puisque les entreprises, les pouvoirs publics et la société civile offrent tous de nouvelles solutions et de nouveaux moyens de collaborer pour stimuler l’innovation aux niveaux local, national et mondial.

ps : j'aime assez le mot "glocal" ! 

mercredi 29 mai 2013

L'innovation marketing : les acteurs du marketing présentent les tendances !

l'innovation marketing et une méthode du marketing de l'innovation
Ce lien vous présente les tendances du moment en matière d'innovation marketing. C'est à dire lorsque le marketing emboîte  le pas sur l'innovation.

Je glisse au passage un mot sur un point. Le marketing de l'innovation qui est mon cheval de Troie, se situe en amont ! A une échelle institutionnelle, c'est un processus pour repenser l'innovation.  Cette approche vise à développer des techniques d'innovations pour sécuriser le succès commercial de tout nouveaux produit ou service.  Je considère  l'innovation marketing comme l'une des méthodologies pour  y arriver : le marketing est alors créateur de valeur (processus créatif), ou accélérateur de motivation d'achat grâce au développement de nouveaux outils (communication).


Parmis les axes de réflexion du moment des auteurs :

- se positionner sur la consommation collaborative
changer – en bien – la vie des consommateurs 
- la disruption : casser les codes marketing (par exemple :  un concept créatif qui va changer l’habitude d’un consommateur que ce soit sur le plan des usages et de la façon de s’approprier un produit ou un service, ou bien du contenu lui-même)
- l'innovation de rupture (" celle qui bouleverse les logiques relationnelles traditionnelles avec le client.
De ce point de vue la Peer to Peer economy (PtoP lending par example), l’avènement des « Makers », la démarche Open source et collaborative appliquée tant à l’immatériel qu’aux produits physiques sont un vivier fécond d’innovation marketing à venir.  A son échelle,  le client devient initiateur, co-créateur, fournisseur, partenaire, voire marque et média…- créer un produit ou service  qui n'existait pas avant, ou créer une nouvelle relation avec le consommateur sur un produit ou service existant
- distinguer le coup de génie de l'innovation réelle
- innovation culturelle et organisationnelle : "faire participer les consommateurs, les écouter, dialoguer avec eux, redonner du sens à l’acte de consommer, intégrer le développement durable … bref mettre « réellement » et plus seulement dans les discours « corporate » le client, et au-delà du client, le citoyen et l’humain, au cœur de l’entreprise ".
- dispositif qui utilise différents canaux pour atteindre des résultats chiffrés (ROI)

Lire les articles :
http://nuitdumarketing.adetem.org/category/linnovation-marketing-vue-par/

lundi 20 mai 2013

Eco-innovation : opportunité avec l'appel à projet CIP



Retrouvez l'appel à projet européen CIP Eco-innovation parue la semaine dernière avec comme dead line le 5 septembre. J'aime assez la vidéo de présentation très "branchée".  l'image positive et dynamique qui se dégage de cette présentation est engageante.


Le CIP est un Programme-Cadre pour la compétitivité  et l' innovation sur la période 2007-2013. C'est donc le dernier Appel à Projet de ce programme.

Seront pris en compte tous produits, process, et services innovants réduisant les impacts environnementaux, prévenant la pollution, ou permettant une utilisation plus efficace et responsable des ressources naturelles.

les thèmes de prédilection sont :
- matériaux recyclés
- produits de la construction durable
- l'eau
- boisson et alimentation
- green business

l'AAP  concerne la mise sur le marché d'une green  innovation en phase de recherche avancée.
50% des dépenses sont couvertes, incluant  l'analyse du marché et l'expérimentation.
L'accès au prêt est le financement privilégié.

Plus d'infos : http://ec.europa.eu/environment/eco-innovation/apply-funds/call-proposal/index_en.htm

Une question, un projet ? contactez-moi  pour sécuriser votre dossier ! une bonne occasion de travailler sur la méthode de marketing de l'innovation, car pour une fois, l'analyse du marché est prévue dans un appel à projet sur l'innovation.

A partir de 2014, le nouveau programme cadre européen s'appellera COSME, et est attendu en janvier. http://ec.europa.eu/cip/cosme/index_en.htm


mercredi 15 mai 2013

Neuromarketing pour comprendre certains mécanismes d'achats : magique ! ou savoureux !

Voici une vidéo très intéressante dans le cadre d'une conférence organisée par Poweron.
Elle traite des comportements d'achats sous l'angle scientifique de la mémorisation et des mécanismes connus du  cerveaux. Cette approche est liée à la Neuro-économie, et Neuro-sciences cognitives du comportement d'achat.

Les deux intervenants (Samuel Gaulay, et Vincent Delourmel), magiciens, ont eu l'idée de joindre leur activité avec le marketing, et de faire un rapprochement entre le processus de décision d'achat avec les facultés du cerveaux à mémoriser les choses, ou "ne pas voir certaines choses" si on sait détourner l'attention (avec la "parenthèse de l'oubli" utilisée par les magiciens)!

Il ressort que les facteurs de décisions d'achat ne sont pas forcément la réalité (ou rationnels). Plusieurs facteurs entre en jeu.

Les intervenants rappellent les 3 phases du processus de décision d'achat :
- 2 phases de REFLEXION :

  • CONSCIENCE (awareness) : c'est le "diagnostique de la peine", de la problématique.  Pour reprendre une idée simple qui parle à tous les parents  : " il n'y a que les bébés sales qui réclament le changement !"
  • CONSIDERATION : on rassemble l'information pour trouver une solution, phase qui peut durer 8 mois en BtoB, avec 5 ou 6 personnes qui peuvent intervenir. C'est une phase de veille.

- phase de DECISION : quelle solution retenir parmi celles trouvées (on consulte alors les sites de vendeurs)

La stratégie à retenir pour un fabricant est alors de positionner son information commerciale sur les différents canaux pour exister sur toutes les phases du comportement d'achat. Par exemple, agir en phase 3 pourrait être inutile si l'acheteur a déjà fait une pré-sélection en phase de considération.


L'acheteur sera donc influencé par sa mémoire.

Comment bien mémoriser une information, et aussi  structurer un message ou une communication ?

1/plus on met du sensoriel dans une information, plus on la retient (mémoire sensorielle qui agit sur l'attention et la perception). On Capte l'attention avec une accroche forte. Dans ce cadre, il ne sert à rien de communiquer sur tous les besoins du client, mais de se concentrer sur une seule problématique clairement identifiée (même si on en identifie plusieurs)
2/comment traiter l'information : il faut la manipuler pour la retenir, donner du sens à l'information, et je m'assure que j'ai bien compris l'information.
3/je la mets dans un contexte si possible
4/je la répète quelques fois (pour faciliter les connections cérébrales)
5/réactiver l'information pour agir sur la mémoire à long terme (la partager avec quelqu'un par exemple , la réactiver)

Un travail à long terme de relation client, s’appuiera donc sur une stratégie de réponses ou présence correspondant à toutes ces phases du comportement d'achat, et la communication tiendra compte des mécanismes de mémorisation.

Ce travail fait,  quel va être le déclencheur de l'achat  ?
 au delà du travail sur la mémoire, les intervenants citent les résultats d'une étude de Patrick Ranvoisé, qui montre les 6 stimulis ou facteurs permettant d'influencer le cerveau.
-l'egocentrisme (à éviter !). éviter le "je". préférer le 'Vous"
-être tangible : démontrer avec des faits, des études, des cas
-montrer le contraste par rapport aux autres solutions
-soigner le début et la fin d'une communication (ce qu'on retient surtout),
-importance du visuel
-importance des émotions

lire la vidéo :


pour aller plus loin :

http://www.salesbrain.com/why-do-you-need-a-neuromap/neuromap-overview/

et :
http://marketing.thus.ch/loader.php?page=Neuromarketing

POur les points négatifs du Neuromarketing : 
Et pour les sceptiques, voici l'émission de Cash Investigation qui va vous régaler ! voici dans cette émission abordée sous  l'angle du ""neuro" scepticisme, comment les émotions sont utilisées de façon "inconsciente".
Un régal pour Mac DO ! http://www.youtube.com/watch?v=ewsGsoixGj4



mardi 23 avril 2013

CONFERENCE FIDELISATION CLIENT, dans le secteur COIFFURE sur PARIS le 1er juillet 2013


Chers lecteurs, j'ai le plaisir d'organiser cette nouvelle conférence FIDELISATION CLIENT  dans le secteur de l'image, relooking,  et de la coiffure. Elle aura lieu cette fois-ci sur PARIS  * le lundi 1er juillet  prochain, de 10h à 12h.   Inscription obligatoire. merci !
conférence morphologia Fidélisation client du 1er juillet 2013 à Paris


INVITATION
COIFFURE : les clés pour FIDELISER ses clients et
booster ses collaborateurs
Places limitées
à PARIS *, le lundi 1er juillet 2013, de 10h à 12h
(le lieu sera confirmé 8 jours avant la conférence)
Fidéliser 5% de vos clients = 25% de chiffre d’affaires en plus.
Voilà l’enjeu de cette conférence privée destinée aux coiffeurs de la Région Parisienne : vous montrer comment, sans effort, surprendre vos clients, et les transformer en « Fan ».
Le sourire, le savoir-faire, bien qu’importants, ne suffisent plus aujourd’hui.  Parler du beau temps encore moins.  Vous l’avez déjà surement constaté. Alors quoi faire ? un site internet onéreux ?  une page Facebook qu’il faut gérer tous les jours alors que vous détestez ça ? une carte fidélité papier perçue comme une contrainte et qui ne valorise pas vraiment les clients ?  Baisser mes tarifs qui sont déjà limites ?  communiquer par mailing et prospectus qui coûtent très chers ? ouvrir plus tard le soir alors que ce n’est vraiment rentable aujourd’hui ?  relooker mon salon alors que mon comptable me dit « non » ?
Rassurez-vous ! Nous avons trouvé une solution innovante très simple,  aujourd’hui reconnue par les plus grands acteurs de la coiffure en France et dans le monde.  Il s’agit de FaceDiag. Le mot clé est la « personnalité » de vos clients.
Les inventeurs de cette application marketing  « intelligent », Benoit Huguenin, et Samuel Vallée, auront le plaisir d’animer exclusivement pour vous leur première conférence de l’année 2013 à Paris.
AU programme :
-          les enjeux marketing dans un salon de coiffure,
-          les attentes clients suite à notre enquête 2012 auprès de 7000 clients de salons de coiffure
-          le logiciel FaceDiag,
-          que pensent vos clients de votre salon ?
-          avoir conscience de la valeur ressentie d’un service, et non de la valeur réelle
-          l’innovation sur la personnalité client : « il y a quelqu’un sous vos cheveux »
-          une démonstration de FaceDiag avec les participants à la conférence
-          retour d’expériences d’un salon d’Ile-de-France
- quel programme de fidélité mettre en place ?
- comment créer une base client sans effort ?
- comment communiquer tous les mois auprès de mes clients  sans que celà me coûte ? 
-          questions /réponses
Nous pourrons ensuite échanger autour du buffet convivial, prévu à midi 30, et tirer au sort le gagnant d'une tablette tactile parmis les participants ! 
Pour ceux qui souhaitent aller plus loin, une formation pourra être organisée l’après-midi, de 14h à 17h30,      « Maîtriser la relation entre personnalité client, conseil coiffure, et  fidélisation client », avec le logiciel FaceDiag.

Pour vous inscrire à la conférence : 
Pour vous inscrire à la formation, merci de me contacter au  06 60 70 01 82, ou de remplir le formulaire suivant : 

 Attention les places sont limitées. N'attendez pas !



Patrick Garcia
Morphologia Ile-de-France & région Centre
Expert en marketing innovation

dimanche 21 avril 2013

L'ASTRE de l'Essonne ! Un appel à projet qui finance les laboratoires pour effectuer les tests d'entreprises

les 4 sphères d'INNOGUR : sécuriser, innover, former, booster

je vous informe du lancement de ASTRE : Action de Soutien à la Technologie et à la Recherche en Essonnedédié cette année aux éco-technologies. L’appel à projet ASTRE est ouvert jusqu’au 2 Juin prochain.
Vous avez des idées de développement produits/services nécessitant de la R&D, vous cherchez à collaborer avec des laboratoires pour des compétences ou des équipements qui vous manque en interne, alors ASTRE est fait pour vous. En effet, ASTRE est une aide permettant l'achat par un laboratoire public essonnien de prototypes, de composants, de matériels développés par une entreprise essonnienne. Ces prototypes sont par la suite mis à la disposition du laboratoire public essonnien pour procéder à des tests d'utilisateurs.

Courrier officiel de lancement: 
Dans le cadre de la mise en ouvre de sa politique de soutien à la recherche et au transfert de technologie, le Conseil général de l'Essonne lance l'appel à propositions A.S.T.R.E. - Action de Soutien à la Technologie et à la Recherche en Essonne sur la thématique des éco-technologies.
Cet appel à propositions vise à soutenir des projets de recherche et développement innovants d'entreprises essonniennes relevant de la filière des éco-technologies. Il a pour objet d'aider les entreprises essonniennes à franchir la phase de l'innovation et de la réalisation d'un prototype, pour poursuivre vers la mise sur le marché d'un nouveau produit / d'un nouveau service.
Ce dispositif apporte, en complément d'autres financements, un soutien aux investissements nécessaires à la réussite du projet. Il est destiné à :
·         favoriser les interactions et les partenariats entre les entreprises locales et la recherche publique,
·         créer ou maintenir des emplois grâce à l'innovation technologique,
·         renforcer la compétitivité internationale des entreprises essonniennes et de la recherche publique.

Sont éligibles à l'appel à propositions les projets présentés par une entreprise essonnienne ayant un besoin particulier, d'un savoir-faire d'un laboratoire public essonnien pour développer ou finaliser un nouveau produit / un nouveau service.
ASTRE-Volet éco-technologies permet l'achat par un laboratoire public essonnien de prototypes, de composants, de matériels développés par une entreprise essonnienne. Ces prototypes sont par la suite mis à la disposition du laboratoire public essonnien pour procéder à des tests d'utilisateurs.
Les avantages :
·         pour les entreprises essonniennes : la possibilité de proposer ses instruments / ses matériels en phase pré-commerciale et de bénéficier d'un « retour utilisateur » d'expert,
·         pour les laboratoires publics essonniens : la possibilité d'utiliser en avant-première ces prototypes pour leur recherche et de partager leur expérience avec l'entreprise essonnienne. Le laboratoire devient également le propriétaire de ces équipements, ceux-ci seront donc installés et maintenus au sein du laboratoire pendant et après la réalisation du projet,
·         pour les chercheurs : la possibilité d'utiliser des instruments / des matériels de haute technologie.


Chaque dossier de candidature doit être adressé, ou déposé, par la Direction de l'entreprise essonnienne en deux exemplaires papier identiques. Ces deux exemplaires doivent être accompagnés d'une version numérique sur CD-ROM.
Important, les dossiers de candidature incomplets ne seront pas examinés.
Chaque dossier de candidature est à envoyer au plus tard le 31 mai 2013 - 18h, le cachet de la poste faisant foi à l'adresse postale :

CONSEIL GÉNÉRAL DE L'ESSONNE
Direction du développement économique et de la recherche
Appel à propositions ASTRE-Volet éco-technologies
Hôtel du Département
Boulevard de France
91 012 EVRY CEDEX
(en cas de livraison, veuillez apporter les dossiers de candidature
au 2ème étage de la Tour Lorraine de 9h à 17h)

Ci-joint le règlement et le dossier de candidature à compléter.Pour plus d'informations, contacter :
Madame Estelle Sbordone, Chargée de mission Enseignement supérieur et recherche au 01.60.91.95.20 ;esbordone@cg91.fr
Madame Julie Keirsse-Haquin, Chargée de mission Recherche et Innovation au 01.60.91.77.14 ; jkeirsse@cg91.fr


LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...