dimanche 27 octobre 2013

Innovation : la vampirisation de la technologie sur la prise en compte du marché

terre aride http://www.mabellephoto.com/photo-art-terre-dargilde-terre-aride-nature-paysages-33f0a1.htm 














voici un nouvel article qui évoque l'approche Française en matière d'innovation, et de dépôt de brevets.
C'est (presque) l'échec !
enfin, pour relativiser, certains verront du positif en se disant que cela pourrait être pire car nous n'avons "seulement" qu'une croissance deux fois inférieure aux autres pays de l'OCDE sur la période 2002 -2011
C'est vrai, elle pourrait être 3 fois inférieure  !

Comme l'explique le cabinet Booz & company , plusieurs facteurs freinent le succès économiques des innovations. Tout d'abord,  ce n'est pas tant le montant des dépenses de R&D qui importe, mais sur quoi porte la R&D.
Celà relativise sérieusement les indicateurs "nombre de brevets" dans certains organismes ou centre de recherche.

Ensuite ,

"Les Français ont trop tendance à partir d'une trouvaille technologique plutôt que de la demande des clients, souligne l'étude. "


Dénonçant celà depuis plusieurs années, je crois que les récentes études menées sur l'innovation (voir aussi l'étude APCE http://innovationgagnante.blogspot.fr/2013/10/la-premiere-etude-apce-edifiante-qui.html) vont enfin faire prendre conscience de l'urgence d'intégrer ce que je décris comme le marketing de l'innovation dans les dépenses éligibles des appels à projets innovation, et aides BPI France (seule la PCT permet de soutenir un bouquet d'études au sens large). La France est vampirisée et sclérosée par la technologie dans son approche de l'innovation.

Autre point ,  Pour soutenir l'innovation dans les PME, l'étude souligne à juste titre :

«Les pesanteurs administratives, et notamment les mécanismes d'obtention des aides publiques qui exigent un investissement en temps et en ressources souvent dissuasif pour les PME comme pour les grands groupes, constituent un frein puissant à l'innovation», note l'étude.

Je pourrais témoigner dans ce sens sur les derniers dossiers que nous avons réalisés avec INNOGUR ! Que l'administration place des jalons pour analyser le sérieux d'un dossier est une bonne chose. Mais pour moi, ils ne posent pas les bonnes questions. Exemples : avoir un montant de fonds propres suffisant au regard de l'aide demandée et accordée. Démontrer de l'idée est nouvelle.

Une bonne question serait de démontrer que l'invention ou la nouveauté va satisfaire le marché ! preuves à l'appui, et non que la technologie est nouvelle.... avec grand renfort de recherche d'antériorité et de veille.

Enfin, toujours selon l'étude, les pôles de compétitivité ont des résultats mitigés dus à une concentration des efforts d'innovation sur l'amont et un manque d'accompagnement et de suivi des projets dans la phase de mise sur le marché. Selon Booz & Company, sur 5,7 milliards d'euros investis dans des projets R & D labellisés pôle de compétitivité, seul 1 projet sur 4 a réellement généré de l'innovation.


SI cette information est confirmée, je n'aurais que de cesse de dénoncer ce dispositif dans sa forme actuelle, qui ne fait que mettre de nouvelles barrières entre les entreprises et leurs projets. Et de gaspiller des sommes folles dans des projets inutiles, dont les financements combleraient le trou de la sécurité sociale !

Lorsqu'un protocole "certifié iso" et "scientifique" sera établi pour la sélection des projets, uniforme sur tout le territoire, je serais plus confiant sur les méthodologies de sélection des projets labellisés.

Pour ma part je vous en dirais plus prochainement car.... je dois rencontrer un pôle de compétitivité pour initier un projet de recherche dans le domaine des éco technologies.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/10/23/20002-20131023ARTFIG00248-apple-et-google-champions-toutes-categories-de-l-innovation.php



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

un commentaire ?

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...